Informations générales concernant la vie du club de canoë-kayak JSPA Mayenne.

Nous faisons une séance de plusieurs séances, donc nous organisons plusieurs groupes pour réaliser un départ en vagues successives : le premier groupe navigue vers Brives afin de parfaire les apprentissages au barrage, le deuxième groupe s’entraîne en bateau directeur et développer ainsi l’endurance, le troisième groupe monte légèrement au-dessus du club pour préparer le nettoyage de la rivière, tandis que le dernier groupe reste devant le club pour une séance de slalom. Aujourd’hui, c’est l’ouverture le la pêche au carnassier. Pour ne pas déranger les pêcheureuses, nous avons décidé de limiter nos déplacements.

Lisa part avec Pierre en canoë biplace (C2) dans le but de continuer son apprentissage à la manœuvre de cette embarcation. Iels sont accompagnées par Gérard, Jean-Pierre, Jean-Pierre et Nicolas. Les fondeurs Eddy, Karine et Patrick partent ensuite pour une séance d’endurance. Clara, Honorine et Yoann, quant à elleux, se perfectionnent aux techniques du slalom devant la base. Clervie, Gabriel, Johan, Marc et Merlin s’orientent quelques dizaines de mètres en amont du club pour préparer le nettoyage. En effet, cette séance devra permettre aux plus jeunes de se sentir à l’aise lors du nettoyage de la rivière la Mayenne organisée le 1er mai 2021.

La cinquième colonne, Claude et Roger, ont principalement fait la navette entre les deux premiers groupes.

Le sit on top est une embarcation très stable, surtout lorsque la le pagayeureuse est en position assise. Dans le cadre d’une simulation de nettoyage, par exemple un sac plastique dans les branches d’un arbre, il faut pouvoir se mettre en position debout. À tour de rôle, les jeunes kayakistes essaient cet exercice. C’est le premier bain de la journée pour Gabriel ! Il est donc nécessaire d’améliorer l’équilibre et l’assurance.Tout se fait autour du jeu de loup-balle. Le but est simple : il faut lancer le ballon sur le kayak ou la le kayakiste pour qu’iel devienne loupve. Évidemment, les règles évoluent en fonction de la progression des pratiquantes. Si au départ le jeu se fait assis puis à genoux, il se complique ensuite puisqu’il faut se tenir debout pour lancer le ballon. Ce lancer ne compte que s’il touche la le pratiquante ! Plus on prend de risque, plus il y a de risque de chuter… C’est le cas pour Merlin, qui chutera 3 fois au cours de cette séance. Johan s’est fait surprendre par un tir sur le cuir chevelu. Il a bien tenté une jolie réception, mais elle ne suffira pas pour lui éviter le bain. Seule Clervie ne chutera pas.

Un bain est l’occasion d’apprendre à remonter seule dans son kayak. D’ordinaire, cette technique s’apprend en piscine : l’endroit est sécurisant, l’eau y est plus chaude et plus claire, les bords ne sont pas très éloignés. Parfois, les jeunes ont pied. Ce n’est pas forcément le cas en rivière… mais l’apprentissage est aussi plus marquant et assimilé plus rapidement.

Suite à ces bains, ils trouvent leur équilibre, apprennent à se rasseoir très vite en cas de chute, travaillent leurs appuis… Autour du jeu, c’est tout un panel d’aptitudes et de compétences qu’iels se découvrent. Vers la fin de la séance, nous utilisons des pagaies de stand-up paddle, tout le groupe est debout, lance la balle et l’évite sans chuter ! L’assurance est bien là. Les plus jeunes sont prêtes pour la semaine prochaine !

Comme il fait très beau et que la température de l’air est plutôt douce, la fin de séance se termine par des baignades : tout le monde se jette à l’eau et nage quelques mètres dans la Mayenne. La piscine nous manque, mais nous avons la rivière pour nous consoler !

Cette séance est tout de même très prolifique en gâteaux : 3 gâteaux supplémentaires viennent incrémenter notre compteur à gâteaux !

Le soleil est très présent lors de la séance de ce jour. Nous montons vers le barrage de Brives car nous devinons qu’il sera possible de le passer et de jouer dans son rappel. En effet, le niveau d’eau a bien baissé depuis la semaine dernière. Lors de notre montée, nous croisons plusieurs pêcheurs. La courtoisie nous oblige à serrer la berge opposée afin de respecter les autres usageres. Lorsque nous arrivons au viaduc de Brives, nous constatons au loin la possibilité de passer le barrage : les sourires se font encore plus grands sur les visages des pratiquantes !

Sur place nous observons une 5ème pierre apparente, cela signifie que le barrage peut être descendu même par les débutantes et que nous pouvons jouer sans risque dans le rappel. De fait, Gérard et Landry sont les premiers à s’y frotter !

Clara aussi vient jouer dans le rappel, mais la préparation des plus jeunes à passer le barrage empêche toute photographie dans les temps ! Clervie et Merlin veulent ainsi le descendre. D’en-haut, iels sont assez impressionnées mais avec quelques explications, les appréhensions se dissipent très vite. C’est la prise d’élan et hop ! Claude et Roger sont là pour indiquer le passage et assurer les encouragements, les conseils et la sécurité.

Toutes les tentatives ont été de véritables succès, aucun gâteau ne vient donc incrémenter le compteur ! Nous redescendons vers le club.

Dans le cadre d’un futur projet, l’un des kayakistes se rend en aval du pont MacRacken vers la langue de terre qui fait face à la cale. Il s’agit de ramasser des déchets repérés le matin même. En quelques minutes, le kayak est rempli de déchets en tous genres : barres de fer, bouteilles en plastique, polystyrène et même un volant de véhicule ! Depuis des décennies, les membres du club participent au nettoyage de la rivière la Mayenne. Cette année nous organisons ce nettoyage le samedi 24 avril, à l’occasion de la journée internationale de la Terre du 22 avril,

Edit du 20/04/2021 : le samedi 24 avril, c’est l’ouverture de la pêche au carnassier. Afin de ne pas déranger les pêcheureuses à l’occasion de cet évènement, nous repoussons la journée nettoyage au 1er mai 2021, de Saint-Fraimbault-de-Prières à Mayenne. Dans tous les cas, se pose alors le problème de l’évacuation des déchets.

Aujourd’hui nous envisageons de partir vers notre terrain de jeu préféré, le barrage de Brives. Depuis les pontons du club, nous observons que le niveau d’eau a augmenté depuis la semaine dernière : nous ne pourrons sûrement pas jouer dans le rappel du barrage. En attendant, nous embarquons et nous naviguons vers l’amont. Ce jour, un “nouveau” pratiquant nous a rejoint, il s’agit de Gabriel. Même s’il ne s’agit pas de sa première séance puisqu’il en est officiellement à sa troisième, c’est la première séance en autonomie totale avec un niveau bon d’eau pour un débutant.

La plupart du chemin s’est réalisé sous la pluie et arrivés à Brives, nous constatons qu’il n’est pas possible d’aller dans le rappel sans prendre de risque. Les trois jeunes kayakistes présents profitent du niveau d’eau pour réaliser des bacs. Gabriel assure une performance en se frottant directement à la première vague et en souhaitant passer le muret ! À un certain moment, c’est la fausse manœuvre et le bateau penche dangereusement. Gabriel a tutoyé le gâteau, mais a réussi à se rattraper. Bien joué !

Montée en kayak, cette séance a été aussi l’occasion pour Lisa d’apprendre à manœuvrer un canoë biplace. C’est également une première pour elle. Sous les enseignements de Claude, Lisa parvient à diriger l’embarcation où elle le souhaite dès les premiers coups de pagaie. D’ailleurs, Lisa descendra une bonne partie de la rivière en canoë pour parfaire son apprentissage en canoë. C’est une séance au top pour toustes !

Pour la première journée de ce printemps 2021, c’est une journée magnifique ! Le soleil est bien présent, les températures de l’eau et de l’air sont plutôt correctes. C’est parti vers le barrage de Brives pour une séance de répétition des techniques de base.

Dans la vie des canoéistes et des kayakistes, il peut y avoir des moments particulièrement marquants. Parmi ceux-ci, il est possible d’y trouver la première séance, le premier moniteur, le premier dessalage, la première descente de rivière, la première chandelle, le premier esquimautage, la première compétition, le premier bateau, la première rayure, la première jupette… Dans notre club, il y a un autre moment fort : les premiers bacs dans la première vague et le passage du muret.

Aujourd’hui, Clervie et Merlin ont réalisé leurs premiers bacs dans la première vague bien formée. Iels ont également réussi à franchir le muret. Cette étape est importante car c’est le signe que la stabilité, la trajectoire et la gîte sont bonnes. Mais surtout, cela signifie qu’il existe une forte progression dans la gestion de l’appréhension face au courant et au risque de dessalage. Prochaine étape : aborder les gestes plus techniques comme l’appel, envisager des descentes de rivières comme la Haute-Mayenne.

Sinon, le ballon est toujours coincé dans le rappel…

C’est une séance soleil, vent, pluie comme la fin de l’hiver sait en produire ! Un soleil magnifique nous accompagne jusqu’au camping, puis c’est au tour du vent et des nuages d’entrer en scène. Le soleil réapparaît, nous en profitons jusqu’à Brives. Lorsque nous arrivons au barrage, le vent et la pluie ont clairement chassé le soleil ! Ce dernier refait une brève apparition avant d’être masqué de nouveau par les nuages. Bref, un vrai temps de fin d’hiver.

Petite astuce estimation du niveau de l’eau à Brives, de la possibilité (ou non) de descente du barrage. Sur la photo mise en avant, juste à droite de la petite arche, se trouvent plusieurs rangées de pierres taillées (celles avec de l’herbe au-dessus). Il suffit de compter le nombre de pierres apparentes verticalement depuis le haut jusqu’au niveau de l’eau : à partir de 4, le barrage peut être descendu. Or, sur la photographie, il est facile de constater un nombre inférieur à 4 : environ 3,5. Le rappel est alors dangereux comme le montre la photo ci-dessous. D’ailleurs, un ballon est bloqué depuis quelques jours dans le rappel.

Séance classique où petites et grandes ont révisé les gestes techniques de base. L’occasion également de tester d’autres kayak comme l’Axiom 9.0 de Dagger. Un bateau pour jouer lors des descentes des rivières à destination des grands gabarits. Pas de dessalages, donc pas de gâteaux supplémentaires !

Encore une autre séance de canoë-kayak ensoleillée, même si aujourd’hui la température de l’air (et de l’eau) est beaucoup plus fraîche que la semaine dernière ! Le niveau d’eau semble avoir baissé devant le club, direction le barrage de Brives pour évoluer dans le courant. Surtout que nous avons eu le plaisir d’accueillir Johan pour une séance d’essai. Il est monté jusque devant le barrage de Brives et n’a pas eu d’appréhension devant les remous. Au top la première séance !

Le niveau d’eau a légèrement baissé par rapport à la dernière séance. C’est l’occasion de retenter le passage du barrage, au même endroit. Même embarquement acrobatique. Jupette ok, casque ok, calages ok, pagaie ok. Un peu de vitesse, la trajectoire est bonne tout comme la réception. Un petit coup de pagaie pour ne pas subir le rappel, et hop ! Cette fois, cela passe crème !

Les plus jeunes font leurs bacs dans la première vague. Un peu de doute au début, mais iels constatent vite que leurs efforts permettent de naviguer en confiance dans les remous ! Bref, cette séance est une séance au top !

Présent depuis une bonne partie de la semaine, le soleil était encore au rendez-vous aujourd’hui. Une fois de plus, nous avons navigué vers Brives, car le niveau d’eau reste très correct pour s’initier et renforcer les acquis en eau-vive. Le courant permet de peaufiner la gîte, les bacs et les stops.

Après une observation du barrage et de son rappel, une tentative de franchissement a été envisagée. Si le débarquement au pied du barrage fut parfaitement réalisé, il n’en reste pas moins que l’embarquement en haut du barrage resta acrobatique. Le niveau d’eau ne permettant pas d’embarquer à l’emplacement habituel, il a fallu traverser sur la poutre métallique d’une des vannes, contourner un arbre, tirer le kayak et rentrer dedans sans passer sous la poutre ni tomber de l’autre côté de la vanne.

Dernières vérifications : la jupette est correctement placée, le casque est fixé, les cales-pieds sont réglés. C’est le moment d’y aller ! La prise de vitesse est bonne, la descente se passe bien. Puis, tout s’enchaîne ! Le bateau enfourne, la partie avant du kayak passe dans le contre-courant tandis que la partie arrière est sous la contrainte du courant et du rappel, l’appui ne suffit plus à assurer la stabilité : c’est le moment du dessalage. Pas grave, il reste l’esquimautage ! La manœuvre est en cours lorsque la pagaie tape sur un rocher pour être ensuite arrachée des mains par le courant. Pas grave, justement il reste les mains ! Il faut se remettre en place, tenter de trouver un appui sur l’eau molle près du rappel et donner un coup de rein… et la jupette qui saute avorte complètement la tentative d’esquimautage. C’est le bain assuré !

La température de l’eau est une bonne surprise : si elle n’est pas très chaude, elle n’est pas non plus glaciale. De plus, avec le ciel bleu et un grand soleil, aucune sensation de froid n’est à signaler. L’autre bonne surprise, c’est l’incrémentation du compteur à gâteaux ! En effet, un bain = un gâteau !

Cette journée avait comme un air de printemps : du soleil, une température de l’air à 16°C, des futures jonquilles prêtes à s’ouvrir… bref, une journée bien différente de la semaine dernière avec des températures négatives et de la glace sur les bords de la rivière. Différente encore de celle d’avant, avec un gros niveau d’eau et un barrage de Brives possédant un rappel impressionnant.

Aujourd’hui, le niveau d’eau plutôt intéressant et le temps ensoleillé ont permis une séance de renforcement des techniques de base. Également, le premier bac et la première reprise de courant aussi près du muret et de sa vague pour les plus jeunes. Pourtant, aucun dessalage à déplorer malgré le niveau d’eau non négligeable et le nombre de bacs effectués !

Les kayakistes en herbe peuvent être très fierères d’elleux, car iels ont su exécuter une belle séance. Si leur niveau de pratique et leur confiance progressent, et c’est très bien ainsi, il n’en reste pas moins que le compteur à gâteaux ne s’incrémente plus ! 😛

Suite aux intempéries de la fin d’année 2020 – début 2021 et en attendant une section dédiée aux anciennes photos et aux évènements qui ont marqué notre club de canoë-kayak, nous avons le plaisir de vous montrer quelques photos des crues de 1974 et 1995.

La ville de Mayenne a connu une première crue historique en 1974 avec une hauteur d’eau de 3,4 m et un débit de 400 m3/s. Jean Loiseau a su immortaliser ces instants :

La deuxième crue historique a eu lieu en 1995 avec une hauteur d’eau de 2,92 m et un débit de 340 m3/s, toujours de Jean Loiseau :

La théorie

Pont MacRacken
Le pont MacRacken

Ce samedi a été une occasion de revoir les connaissances théoriques : observer les différents mouvements d’eau, repérer les contre-courants, mémoriser et appliquer les différentes techniques comme la gîte, le bac, le stop-courant, la reprise de courant, la propulsion, la dénage, les bases de l’appel… Tout cela sans risquer de tomber à l’eau et se retrouver sur la liste des gâteaux à concocter !

Le défi

Nous apprenons cette semaine que Mathieu Berçon, un ancien membre du club, participe à un concours organisé par KayakSessionTV. De très belles images, une vidéo sublime ! Retrouvez cette vidéo sur http://www.crazywater-rafting.com/