Informations générales concernant la vie du club de canoë-kayak JSPA Mayenne.

Encore une autre séance de canoë-kayak ensoleillée, même si aujourd’hui la température de l’air (et de l’eau) est beaucoup plus fraîche que la semaine dernière ! Le niveau d’eau semble avoir baissé devant le club, direction le barrage de Brives pour évoluer dans le courant. Surtout que nous avons eu le plaisir d’accueillir Joan pour une séance d’essai. Il est monté jusque devant le barrage de Brives et n’a pas eu d’appréhension devant les remous. Au top la première séance !

Le niveau d’eau a légèrement baissé par rapport à la dernière séance. C’est l’occasion de retenter le passage du barrage, au même endroit. Même embarquement acrobatique. Jupette ok, casque ok, calages ok, pagaie ok. Un peu de vitesse, la trajectoire est bonne tout comme la réception. Un petit coup de pagaie pour ne pas subir le rappel, et hop ! Cette fois, cela passe crème !

Les plus jeunes font leurs bacs dans la première vague. Un peu de doute au début, mais iels constatent vite que leurs efforts permettent de naviguer en confiance dans les remous ! Bref, cette séance est une séance au top !

Présent depuis une bonne partie de la semaine, le soleil était encore au rendez-vous aujourd’hui. Une fois de plus, nous avons navigué vers Brives, car le niveau d’eau reste très correct pour s’initier et renforcer les acquis en eau-vive. Le courant permet de peaufiner la gîte, les bacs et les stops.

Après une observation du barrage et de son rappel, une tentative de franchissement a été envisagée. Si le débarquement au pied du barrage fut parfaitement réalisé, il n’en reste pas moins que l’embarquement en haut du barrage resta acrobatique. Le niveau d’eau ne permettant pas d’embarquer à l’emplacement habituel, il a fallu traverser sur la poutre métallique d’une des vannes, contourner un arbre, tirer le kayak et rentrer dedans sans passer sous la poutre ni tomber de l’autre côté de la vanne.

Dernières vérifications : la jupette est correctement placée, le casque est fixé, les cales-pieds sont réglés. C’est le moment d’y aller ! La prise de vitesse est bonne, la descente se passe bien. Puis, tout s’enchaîne ! Le bateau enfourne, la partie avant du kayak passe dans le contre-courant tandis que la partie arrière est sous la contrainte du courant et du rappel, l’appui ne suffit plus à assurer la stabilité : c’est le moment du dessalage. Pas grave, il reste l’esquimautage ! La manœuvre est en cours lorsque la pagaie tape sur un rocher pour être ensuite arrachée des mains par le courant. Pas grave, justement il reste les mains ! Il faut se remettre en place, tenter de trouver un appui sur l’eau molle près du rappel et donner un coup de rein… et la jupette qui saute avorte complètement la tentative d’esquimautage. C’est le bain assuré !

La température de l’eau est une bonne surprise : si elle n’est pas très chaude, elle n’est pas non plus glaciale. De plus, avec le ciel bleu et un grand soleil, aucune sensation de froid n’est à signaler. L’autre bonne surprise, c’est l’incrémentation du compteur à gâteaux ! En effet, un bain = un gâteau !

Cette journée avait comme un air de printemps : du soleil, une température de l’air à 16°C, des futures jonquilles prêtes à s’ouvrir… bref, une journée bien différente de la semaine dernière avec des températures négatives et de la glace sur les bords de la rivière. Différente encore de celle d’avant, avec un gros niveau d’eau et un barrage de Brives possédant un rappel impressionnant.

Aujourd’hui, le niveau d’eau plutôt intéressant et le temps ensoleillé ont permis une séance de renforcement des techniques de base. Également, le premier bac et la première reprise de courant aussi près du muret et de sa vague pour les plus jeunes. Pourtant, aucun dessalage à déplorer malgré le niveau d’eau non négligeable et le nombre de bacs effectués !

Les kayakistes en herbe peuvent être très fierères d’elleux, car iels ont su exécuter une belle séance. Si leur niveau de pratique et leur confiance progressent, et c’est très bien ainsi, il n’en reste pas moins que le compteur à gâteaux ne s’incrémente plus ! 😛

Suite aux intempéries de la fin d’année 2020 – début 2021 et en attendant une section dédiée aux anciennes photos et aux évènements qui ont marqué notre club de canoë-kayak, nous avons le plaisir de vous montrer quelques photos des crues de 1974 et 1995.

La ville de Mayenne a connu une première crue historique en 1974 avec une hauteur d’eau de 3,4 m et un débit de 400 m3/s. Jean Loiseau a su immortaliser ces instants :

La deuxième crue historique a eu lieu en 1995 avec une hauteur d’eau de 2,92 m et un débit de 340 m3/s, toujours de Jean Loiseau :

La théorie

Pont MacRacken
Le pont MacRacken

Ce samedi a été une occasion de revoir les connaissances théoriques : observer les différents mouvements d’eau, repérer les contre-courants, mémoriser et appliquer les différentes techniques comme la gîte, le bac, le stop-courant, la reprise de courant, la propulsion, la dénage, les bases de l’appel… Tout cela sans risquer de tomber à l’eau et se retrouver sur la liste des gâteaux à concocter !

Le défi

Nous apprenons cette semaine que Mathieu Berçon, un ancien membre du club, participe à un concours organisé par KayakSessionTV. De très belles images, une vidéo sublime ! Retrouvez cette vidéo sur http://www.crazywater-rafting.com/

Depuis des années, il existe un jeu plébiscité par les pratiquantes de notre club de canoë-kayak. Les règles sont très simples et modulables en fonction du niveau de chacune. Il s’agit du “tu tombes à l’eau, tu fais un gâteau !”.

Si nous remontons un peu dans le temps, à la fin des années 1980, il y avait le chocolat chaud à la fin des séances hivernales. Le club fournissait le chocolat, les adhérentes apportaient le lait à tour de rôle. Au début des années 1990, lors des sorties estivales, celleux qui se renversaient payaient la tournée de boissons non alcoolisées et des friandises au club house de notre structure. Les petits bénéfices réalisés permettaient alors de renouveler l’autoradio de notre véhicule !

Aujourd’hui, ce jeu requiert la réalisation d’un gâteau, de préférence fait maison. Ainsi, même les plus petites peuvent participer au jeu, à la confection et à la dégustation des gâteaux ! Cependant, en raison de la crise sanitaire, il nous est impossible d’utiliser le club house ou de partager des pâtisseries. Pour remédier à ce problème, nous avons donc créé le compteur à gâteaux. Ce dernier nous permettra de les comptabiliser afin de déguster, le moment venu, une véritable farandole de gâteaux !

Les règles peuvent être adaptées selon le niveau de chacune : pour une débutante, nous pouvons comptabiliser le nombre de bain ou de vidange du bateau, tandis que pour une confirmée nous pouvons aussi y intégrer le nombre d’esquimautages !

Retrouvez la page du compteur à gâteaux !

Cette journée du samedi 9 janvier 2021 a été marquée par une météo ensoleillée et une température de l’air assez fraîche. Pourtant, cette météo n’a pas empêché les membres du club de naviguer. La photo mise en avant montre le niveau d’eau depuis le banc devant le club. Elle a été prise au même endroit que celle du 24 décembre 2020 dernier.

Le banc du club de canoë-kayak le 24 décembre 2020
Contre-courant sur la Mayenne.
Un contre-courant le Long de la Mayenne

Nous avons navigué vers le site de Brives qui nous permet d’acquérir et de consolider les gestes de base en eau-vive : gîte, bac, stop, reprise de courant… Que le courant soit fort ou faible, ces techniques restent les mêmes. Brives est donc un lieu idéal d’apprentissage. Mais cette fois, nous allons plutôt parler de certains espaces le long des rivières qui offrent la possibilité de se mettre à l’abri du courant : le contre-courant. C’est très utile pour prendre une pause, attendre le groupe ou prendre ses repères. Lorsqu’une pratiquante se renverse, c’est l’endroit où sécuriser le groupe et vider le bateau. Pour autant, un contre-courant n’est pas forcément un espace le long d’une berge. Il s’agit d’un endroit quasiment sans courant : derrière un rocher au milieu de la rivière, derrière une pile de pont, dans un virage, etc. Bref, tout ce qui fait obstacle au courant.

Lors de cette sortie, nous avons également pu observer de très près un héron cendré ainsi qu’une multitude de canards colvert.

L’année 2020 est terminée. Elle aura marqué les esprits par sa singularité, liée à la crise sanitaire et au double confinement qui en a résulté. À l’instar de beaucoup de structures, certains projets ont été mis à l’arrêt, d’autres ont été abandonnés. Des évènements ont été annulés, d’autres repoussés… Malgré les écueils, la descente de cette “rivière” 2020 a pu se réaliser. Même si l’année 2021 reste incertaine, le club continue de naviguer et poursuit sa voie sur cette rivière inconnue, tumultueuse et imprévisible.

La JSPA Mayenne vous souhaite une excellente année 2021. Que cette année soit sous le signe de la résilience, que votre adaptabilité puissent faire aboutir tous vos projets !